Shop More Submit  Join Login
About Photography / Professional Member PixizoneMale/France Recent Activity
Deviant for 7 Years
Needs Premium Membership
Statistics 96 Deviations 251 Comments 2,599 Pageviews

Newest Deviations

Random Favourites

Activity


Voici le blog de La Sagaye, de folles histoires en français pour tous.
Now find the blog of La Sagaye, mad stories (but in French) for everyone.
lasagaye.eklablog.com/
GUMES

C.N.N. (Canal National des Navets)


« Et oui, ici Carlotta en direct d’un champ où des endives sont actuellement en train de mener des actions musclées. Je laisse tout de suite la parole à leur leader. Dites-nous pourquoi vous êtes ici ?

- Je me présente, Ogive, leader du mouvement souverain des Endives. Comme vous le savez sans doute, le cours de l’endive a chuté ces derniers mois de façon alarmante. J’ai… Nous avons donc décidé de nous mobiliser !
- Mais c'est-à-dire ?
- J’n’ai pas fini mademoiselle ! Aussi nous lançons un avertissement à la Batavia dont le cours a mystérieusement grimpé tandis que nous dégringolions du haut des camions. Fixant l’objectif avec intensité. SI jamais vous ne renoncez pas – approche sa figure de l’objectif – sous peu à vos activités illégales de concurrences déloyales, car nous ne croyons pas à vos salades, nous agirons !
- Merci Ogive.
- J’n’ai pas fini !
- Mais…
- Idem pour la Laitue, si elles croient que nous ne les avons pas à l’œil, elles se trompent. Et j’irai jusqu’à mouiller la Mâche. Ces lâches mollassons sont prêts à suivre le premier cœur tendre qu’ils croisent !
- Mais…
- Il ne sera pas dit que nous sommes butés ! Si vous nous prêtez allégeance dans les jours qui viennent, vous les Batavias, Laitues et Mâches, nous serons cléments et renoncerions à toute violence inutile. Eh eh eh. Mais sachez ! Si votre silence reste de plomb, que nous n’hésiterons pas, oui vous avez entendu, nous n’hésiterons pas à lâcher limaces et escargots sur vos champs de reproduction, il y en aura tellement que plus personne n’osera vous acheter ! Et à moiiii la gloire !
- Ahem c’était Ogive l’Endive, connu pour ses nombreux séjours en congélateur psychiatrique maiiiis lâchez-moi, vous allez voir où je vais vous la mettre ma carotte !

Carlotta se débat avec Ogive l’Endive et finit par l’assommer –
Non mais, je crois que les Endives font courir un vrai danger et j’ai entendu dire parmi leurs rangs qu’ils préparent  une arme spéciale. Mais pour être tout à fait impartial il nous faudra enquêter dans le milieu de la salade. Carlotta la Carotte, à vous C.N.N. »

Voix du présentateur
« C’était les infos régionales de C.N.N., le Canal National des Navets ; le professionnalisme de nos journalistes légumiers pour vous ! »

La jeune femme aux trois questions


Colors of Spring . by TaffyVib 

Il est une fois une forêt immense et éternelle. Une forêt dont les arbres verdoient en toutes saisons et sont peuplés d’êtres étranges. Il existe dans ce royaume un marécage dans lequel une île, semble-t-il anodine, abrite une bicoque mal en point. Abandonnée ? Pensez-vous ! Il y vit une jeune femme bien triste. Nul ne sait depuis combien de temps elle est arrivée ici, mais tout le monde peut dire qu’à l’approche de sa maison, la forêt devient plus sombre. Pour parvenir à l’île sur laquelle est plantée son habitation – si l’on peut lui accorder cet état, car, franchement, je lui attribuerais plutôt le titre de taudis. - Une vieille barque gisant sur la berge tend ses rames vers les courageux inconnus venus défier l’île du marécage. Même de loin, le voyageur égaré se rend bien compte que la bicoque ne paye pas de mine, délabrée comme elle l’est de l’extérieur. Elle rappelle plutôt un lieu d’une ancienne tragédie hanté par ses fantômes. Mais alors une petite tragédie. Une tragédie qui pourrait tenir dans un deux pièces.

river with barque by pixizone

Ce qui est peut-être plus tragique pour cette jeune femme mal aimée, c’est sa laideur, cette si peu fascinante mais très repoussante laideur que les masques de boue des marais ne parviennent pas à altérer. Une tragique et jeune personne en somme (ou ailleurs).
Certains piliers de bar vous conteraient au détour d’une pinte que sa mocheté poussa ses parents à l’abandonner loin de chez eux. D’autres, plissant les yeux, chuchoteraient, d’un air de conspirateur, que la laide demoiselle existe depuis beaucoup plus longtemps que l’absence de marques de rides le laisse transparaître. Mais laissons là les ragots et revenons vers l’île.

Par un après-midi pareil à tous les précédents, alors que notre laideron ramasse des herbes sur la rive pour préparer quelques potions, trois questions viennent à elle. Ces questions ont parcouru des hectares de forêts, traversé des fleuves et des rivières, ont embêté les voyageurs perdus, énervé les pochtrons à la sortie des tavernes (non encore remis de leur gueule de bois) et ce jusqu’au jour où, lassées de errer sans but, elles décidèrent de chercher une personne capable de mettre fin à leur égarement.

- Bonjour ! dit l’une.
- Aaah ! (bruit de chute) la jeune femme glisse de surprise sur la berge.
Rires moqueurs.

Elle se relève, et prenant au hasard une branche morte, fouette l’air autour d’elle. Elle tournoie, et tournicotant, manque de finir cette fois pieds dans l’eau … et le reste aussi.

- Attendez voir un peu que j’aille chercher mon attrape ch…
- Arrêtez de vous lamenter, on vous entend marmonner votre humeur à trois kilomètres d’ici.
- Ah ? – fait une jeune femme décontenancée- ah hem, ce serait pour ça que tout le monde croit que ce coin de la forêt est hanté ? Que je me retrouve toute seule avec des herbes et quelques aventuriers pensant trouver… des trésors inavouables ?
- Hihihi ! En tout cas nous sommes certaines que c’est vous que nous cherchons.
- Et que puis-je ne pas faire pour vous ?
- Comme vous le voyez, façon de parler – commencent-elles gênées par l’évidence de la chose- nous sommes des questions. Il faut nous répondre.
- Et qu’est-ce que ça me rapporte ?

Les questions se concertent

- C'est-à-dire que nous ne sommes que des questions. Qui sait ce qu’il adviendra si on nous répond ?

La jeune femme tape du pied.

- Et quel cadeau vous plairait ?
- Ben, ça se voit non ?
- Euh… changer l’eau du lac ? Vous trouver un coiffeur ? De la crème pour les boutons ?
- JE VEUX ETRE BELLE ET RICHE, hurle la jeune femme.
Les trois questions se concertent à nouveau. Et tcha tcha tchi, et tcha tcha tcha, ça discute à bâtons secs, le laideron s’énerve.
- Voici ce que nous pouvons réaliser !
- Si vous répondez à la première, c'est-à-dire moi, vous deviendrez belle. La jeune femme ne voit pas la différence entre chacune des trois et la précision est bien inutile.
- Si vous me répondez, dit une autre, vous serez riche !
Et à la troisième de dire (roulements de tambours) : « et si vous répondez à  mes sœurs et à moi, nous serons toutes trois libérées. » s’exclame-t-elle d’un air aiguë et irritant.

Interloquée par la troisième question la jeune femme achève l’entretien en bougonnant :
« D’accord, revenez dans trois jours et vous aurez ma réponse, ou plutôt je vous aurai... En quelque sorte… Enfin bref… »

Et les trois questions disparaissent dans la brume du lac comme trois fantômes de théâtre, profitant de l’effet spécial pour sortir de la scène. La jeune femme scrute la nappe blanche qui s’est imposée, la laissant une nouvelle fois seule au monde comme si rien d’autre que son île n’existait. Quelque chose remonte en elle, doucement, progressivement, jusqu’à ce que la sensation d’avoir écouté des inepties, et de surcroît les avoir acceptées comme tout à fait cohérentes, la secoue de ricanements. Elle rit en pensant à l’offre idiote de la troisième question. La venue soudaine de ces intruses la fait aussi réfléchir : depuis bien longtemps, elle n’avait eu de visite. Sauf les aventuriers en quête de trésors et de gain de niveau, elle croyait son île introuvable. Que sont devenus ces imbéciles en armes, demandez-vous? Eh bien, c’est très simple, ils ont le plus simplement du monde coulés au milieu du marécage encerclant la maison, l’armure trop lourde pour la vieille barque… magique.

La demoiselle laisse ses épaules s’affaisser. Elle appelle Rocco, son corbeau à hélice, l’animal qui lui permet de voyager à travers la forêt. Pour quérir plus rapidement des renseignements sur les trois questions, il lui faut aller vite. Une lumière qu’elle a grand mal à faire au vu des éclaircissements vaseux qu’elle tire des âmes errantes, crapauds charmants, ondines, piliers de bars, et autres hurluberlus. Les piliers de bar sont la clé de toute enquête. On peut dire qu’ils s’imbibent de ce qui les entoure. Surtout, si c’est de l’alcool, de myrtille dans ce cas précis.
Les âmes errantes sont douées pour les mystères. Même en possession d’une réponse précise, leurs interlocuteurs se sentent envahis d’un doute venu de nulle part, l’auréolant d’une fausse profondeur… d’âme. Les âmes errantes de ce royaume aiment se réfléchir dans l’autre. Comme un bouclier, une sauvegarde, que sais-je. La jeune femme n’en obtient que peu de choses, mais se rassure (au grand dam des âmes) : les questions sont vraiment trois et leurs réponses sont à la fois simples et un secret de longue date.
Les crapauds charmants s’enfuient en voyant arriver cette horrible souillon ; les ondines l’aspergent, ce qui en fin de compte lui permet d’être un peu moins repoussante. Le pilier de bar du coin s’est effondré de peur.
 
bright green toad crapaud by pixizone
D’autres rencontres, forcées – par la jeune inquisitrice– lui révèlent toutefois que les trois questions viennent de la forêt elle-même, qu’elles sont là depuis toujours et effraient les voyageurs. Mais personne ne sait lui énoncer les trois questions. On lui rapporte que, parfois, on peut entendre une infinie et infiniment triste mélodie, et certains prétendent qu’elle provient des trois questions elles-mêmes. Elle en profite pour passer se détendre à la taverne, et chercher l’adresse d’un chirurgien esthétique. Son allure maudite provoque une combustion spontanée du grimoire de renseignement… ainsi que quelques étouffements spontanés de clients pris par la surprise. Bredouille côté soins de beauté, elle revient néanmoins avec quelques idées de réponse pour les trois questions. Rocco son corbeau a depuis longtemps déguerpi pour retrouver ses amis, laissant une jeune femme hors de danger rentrer à pied (qui oserait attaquer un bout de chair informe ?). La barque résiste au poids. Elle est magique après tout et reconnaît son royal popotin. Cultivant sa mauvaise humeur comme s’il s’agissait d’une champignonnière, elle attend désormais le retour des questions et rumine le peu qu’elle sait.

- Voilà ! Ça fait trois jours ! S’exclame une question
- Vous avez promis de nous répondre !
- Dépêchez-vous un peu !

Sursaut ; la demoiselle lâche le bois qu’elle a ramassé, se fait mal au pied, jure, glisse, pas tout à fait dans cet ordre et ce, à plusieurs reprises jusqu’à ce qu’elle distingue trois zones floues autour d’elle et rétablisse son équilibre à la fois physique et mental.

- Ah oui, j’avais oublié, ment-elle
- La première réponse - énonce-t-elle - est :
Vous êtes ou étiez le gardien de la forêt. Voilà pour qui.
Vous êtes né avec son premier arbre. Voilà pour comment.
Quant à pourquoi…

Les questions frémissent.

- Quant à pourquoi, je crois que la réponse est dans celles des deux autres questions : parce que la forêt n’aurait su grandir sans un gardien, et vous avez été  (ou êtes toujours) le tout premier. Seulement, on vous a oubliées au fil du temps et vous avez vous-même oublié qui vous êtes. Alors, vous avez disparu sous forme de questions.

Les trois questions sont époustouflées ! On a répondu… aux trois ! Elles se mettent à tourbillonner devant la jeune femme jusqu’à s’entrechoquer, provoquant un silence absolu. D’abord invisible, il grandit. Ce n’est qu’une jeune pousse que la demoiselle voit. Puis un petit arbre. Un murmure parvient à ses oreilles : « Merci Loréeliane, tu recevras bientôt richesse et, qui sait, beauté. Mais surtout, écoute-moi bien, car toi-même tu ignores pourquoi tu es ici et comment tu y es arrivée. » Pendant ce temps l’arbre déploie ses ramures au-dessus de la jeune femme ; l’ombre s’étale tout autour. La maison donne la légère impression de se rétracter face à l’imposant tronc qui enfle à ses côtés - peut-être de peur de se retrouver écrasée-.

Ainsi, la demoiselle se souvient de tout : de sa jeunesse, de son nom, de pourquoi on s’est débarrassé d’elle et, surtout, apprend que les questions ne peuvent rien pour la beauté et la richesse. Malgré tout, pour vous éviter un trop grand suspens, plus tard donc, elle deviendra l’enchanteresse de la forêt et son lac marécageux une belle étendue. Elle deviendra riche en vendant ses charmes et parchemins et un jour, se fera payer par l’entremise d’un élixir de beauté. Et l’on fera la queue pour l’épouser.

Mais ceci est une autre histoire… car d’ici là, il y a du travail pour y arriver.

FIN

deviantID

pixizone's Profile Picture
pixizone
Pixizone
Artist | Professional | Photography
France
PR agency working mostly for events, interesting in art, music and sports. We have the motivation, the experience of events but also the experience in working for indivual people as sportsmen or artists. We are able to work in french and english and other languages if necessary. We have the knowledge of the communication from the strategy to the concrete work as organize press conferences.
Interests

AdCast - Ads from the Community

×

Comments


Add a Comment:
 
:iconbluecaroline:
BlueCaroline Featured By Owner Oct 15, 2014  Hobbyist Traditional Artist
Heart 
Reply
:iconpixizone:
pixizone Featured By Owner Oct 15, 2014  Professional Photographer
de rien ! j'adore l'aquarelle, alors continuez comme ça :-)
Reply
:iconbluecaroline:
BlueCaroline Featured By Owner 5 days ago  Hobbyist Traditional Artist
Rainbow Sheep #2 
Reply
:iconpixizone:
pixizone Featured By Owner 5 days ago  Professional Photographer
lol quel est ce monstre ?!
Reply
(1 Reply)
Hidden by Owner
Add a Comment: